Actualités business en France : le parcours professionnel de Paul Morlet

Paul Morlet

Publié le : 23 juin 20216 mins de lecture

Le monde entier a tendance à ne valoriser que les mêmes anciennes personnes ayant réussi en entrepreneuriat. Même jusqu’à maintenant, les nouvelles générations connaissent ces célébrités par coeur. Depuis quelques années récentes, un phénomène hors du commun a pu marquer la France. C’est le parcours professionnel de Paul Morlet, et cela ne cesse de s’y répandre à travers les actualités business. Face à cela,  les gens veulent savoir plus sur cet être humain particulier. De ce fait, il s’avère nécessaire d’exposer toutes ses épreuves, le guidant à ce stade.

Là où tout a commencé

Le jeune entrepreneur nommé paul morlet vient de Lyon, et sa réussite étonne un bon nombre de populations. Comme tout le monde, il a étudié, mais dans son cas, sa filière n’a eu rien à voir avec l’objet de son métier actuel. En effet, à l’âge de 18 ans, il a eu son diplôme d’électricien en BEP. Par la suite, il s’est formé au SDNCF pendant deux ans. Ayant reçu un CDI à SMIC, il y travaillait, mais avec le temps, il a réalisé qu’il n’y eut que peu de revenus. Alors, il conclut que c’était toujours mieux de faire un travail qui plait , car de toute façon, il ne gagnait pas beaucoup dans la société où il se trouvait. C’est ainsi que l’idée de personnaliser des lunettes lui vint à l’esprit. D’où, sa marque Lulu Frenchie est apparue, et ce, avec sa propre économie de 2000 euros. D’ailleurs, plus.lefigaro.fr pourra en dire plus. Effectivement, ses lunettes publicitaires étaient et sont toujours à bon marché.

La persévérance : ne pas se contenter du peu, et toujours chercher un autre moyen

Contrairement à ce que disent la majorité des gens, paul morlet, lui, il prouve à quel point quand on veut aller plus loin, il faut faire plus, car c’est avec l’audace que les efforts se paient. Pour confirmer cela, il ne se contentait pas de juste démarrer sa petite entreprise. En fait, il créa son propre compte twitter, et y montra ses créations. Son avenir fut promettant depuis que ses publications tombaient sous le nez des stars internationales. Encore, ce fait montre que ce n’est pas parce qu’une chose n’est pas connue par tous qu’elle n’est pas attirante. En ce temps-là, parmi les célébrités qui en ont acheté se trouvaient Lady gaga, David Guetta et 50 Cent. Depuis, sa marque a été valorisée par beaucoup, et en 1 an d’activité, il a perçu 1 million par sa couverture médiatique. Lors d’une interview, il a souligné que chacun a des idées, mais sa différence avec les autres, c’est le fait qu’il ait réalisé les siennes en passant à l’action. Cet entrepreneur est un vrai exemple pour les jeunes de cette nouvelle ère.

Quand on veut, on peut 

Vu que Paul Morlet était devenu populaire, il eut le privilège de rencontrer son idole Xavier Niel, et ce, par hasard. En une discussion de 45 minutes, cet homme fut convaincu du projet que voulait encore lancer le jeune entrepreneur, et accepta de le financer. En effet, cela consiste à constituer une autre société sous le nom de « Lunette pour tous », dans le but d’effectuer un marketing jamais vu : faire des lunettes à 10 euros en 10 minutes. Malgré la bizarrerie de cette idée du point de vue réaliste, cela n’empêchait pas au financeur d’y croire, car il semblait que ses arguments étaient clairs. Bien sûr, ce rêve devenait une réalité, et est maintenant un grand succès. 

L’évolution professionnelle de Paul Morlet

Avec cet esprit combattant, l’entrepreneur ne baisse jamais les bras, et c’est justement le Paul Morlet management qui le démarque des autres. Si un opticien normal réalise 2 à 3 paires par jour, le sien est capable de faire un process industriel en 3 mois, alors que cela se fait en 2 ans chez les autres. Le 21 mai 2014, la Cour des comptes sortait un rapport du vrai prix des lunettes avec le ministère de l’Économie, et c’était justement vers 10 heures de ce jour même que sa deuxième entité s’ouvrit à Paris. Évidemment, le coût chez lui avait un grand écart par rapport à l’habitude, et attirait beaucoup de clients. Trois ans après, il a ouvert un autre magasin dont la vitesse de sa constitution fut surprenante, car il en faisait beaucoup : cela a commencé par 6 mois pour une boutique ; puis, 3 mois ; après, chaque mois ; et finalement, il arrivait à fonder 2 magasins en 1 mois. Pour ce qui est de ses ambitions sur ce cas, il prévoit à en avoir 40 en 24 mois. Non seulement Paul est ambitieux, mais aussi, il donne du travail à plusieurs personnes, parce qu’actuellement, ses salariés sont au nombre de 800, et son service premium lui permit de finir sixième meilleur vendeur de lunettes en France. De plus, sa société produit 500 montures chaque semaine, avec un examen de vue gratuit qui nécessite aucune ordonnance ni de délai. Même si sa concurrence se passe sur internet, il compte encore s’améliorer à l’international tout en diversifiant son domaine par l’audition et le dentaire.

Plan du site