Ce n’est pas toujours facile de développer sa carrière dans le carcan qu’est l’entreprise. Des salariés désabusés, agacés par la routine ou l’organisation de leur société, qui veulent progresser réellement dans leur carrière, sont amenés à chercher de nouvelles solutions. On peut bien sûr franchir le pas et lancer sa propre entreprise, mais c’est aussi une prise de risque que tout le monde n’est pas prêt à prendre. Pour gagner en autonomie, pour développer sa carrière, sans pour autant multiplier les risques et les incertitudes, il existe une formule très intéressante nommée le portage. Ce dispositif permet de conserver un statut de salarié tout en développant une activité libre et autonome, et en gagnant mieux sa vie.

Qu’est-ce que le portage, précisément?

Le portage est un statut hybride qui se rapproche du statut de salarié, assurant un certain nombre de protections, mais qui soustrait le travailleur à l’autorité de l’entreprise. C’est la société de portage salarial qui assure le rôle d’employeur : elle se charge des déclaratifs et comptabilise concrètement le travailleur dans ses effectifs. Elle est en mesure de lui attribuer des avantages sociaux, de prélever les contributions obligatoires, de lui préparer son bulletin de paye. Le portage constitue un accord tripartite, à la différence du salariat qui est un contrat de travail entre un employeur et son salarié. Pour en savoir davantage, cliquez ici. Dans le cadre du portage, le travailleur est lié à la fois à la société en charge du portage et au client. Le client va verser le coût de la prestation rendue à la société de portage, et celle-ci va le convertir en salaire, déduction faite des frais de gestion et des contributions du travailleur. Les frais de gestion rétribuent la société en charge du portage. Lorsque le travailleur n’a pas de client et qu’il est en prospection, cela s’appelle l’intercontrat : il peut bénéficier d’une allocation de prospection de la part de la société de portage.

Quels sont les meilleurs candidats au portage?

Les personnes qui aspirent à passer au portage sont souvent ceux qui recherchent plus d’autonomie et de liberté dans leur travail. Ce sont également des personnes qui veulent faire progresser leur carrière, lorsque leur entreprise a plutôt tendance à la freiner. Beaucoup sont lassés du fonctionnement de l’entreprise, de l’application du pouvoir hiérarchique, des petits chefs, des séminaires interminables, de l’attente d’une promotion qui ne vient jamais. Les personnes ayant des missions de consultant, d’expert ou de spécialiste d’une matière bien précise, peuvent facilement basculer sur le portage : lorsque les missions sont bien définies, que leur périmètre est très documenté, elles sont facilement convertibles en portage.

Développer son réseau pour gagner en indépendance

L’atout principal du portage et d’avoir l’opportunité de développer son réseau professionnel. Lorsque l’on est salarié, on doit exécuter les tâches de sa fiche de poste pour le compte d’entités que l’employeur aura déterminées. Dans le cadre du portage, la situation est très différente. Le Travailleur a un lien direct avec son client, il a donc la possibilité de démarcher d’autres clients, de multiplier les contacts professionnels pour accroître son réseau de clients. Grâce à cela, il gagne en indépendance et en automne, et peut développer son activité professionnelle et progresser dans sa carrière plus rapidement. En cela, le portage salarial permet de conserver la sécurité et la sérénité du salariat, mais de développer une relation directe avec des clients. Ce peut être un sas, ont une période de transition avant de devenir autoentrepreneur. Beaucoup d’anciens salariés font ce choix intermédiaire avant de créer leur propre entreprise.

Les revenus lorsque l’on est en portage

Le travailleur en portage remplit directement une prestation à destination de son client : il va donc percevoir un chiffre d’affaires qui est la rétribution de sa prestation. Ce chiffre d’affaires est versé en premier lieu à l’intermédiaire, qui est la société en charge du portage. Celle-ci va convertir ce chiffre d’affaires en un salaire, en retenant les contributions des charges inhérentes au statut de salarié et les frais de gestion. Cela signifie que le salaire du travailleur sera plus élevé qu’il n’aurait été au sein d’une entreprise, car il est directement lié au volume de chiffre d’affaires réalisé. Il n’y a pas de réallocation autres des sommes, comme ce serait le cas au sein d’une entreprise. La société en charge du portage prélèvera uniquement des frais de gestion liés à la rétribution de son activité. La personne qui bascule d’un statut de salarié à un statut de travailleur en portage gagnera donc davantage de salaire du fait de ce lien beaucoup plus direct avec le client. C’est un avantage supplémentaire, à visualiser dans le guide du portage salarial !